Skip to main content
Procès-Verbal AGO | | Procès-Verbal AGO

Procès-Verbal AGO

Published on 21 Dec. 2009

(Pour imprimer, veuillez utiliser le PDF)

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE - LILA

7, 8 SEPTEMBRE 2008

MADRID - HOTEL MIGUEL ANGEL

 

DIMANCHE 7 SEPTEMBRE 2008

 

 

La séance est ouverte à 18h30 par le Président Michael Steinbach.

 

1. ACCUEIL ET MOT DE BIENVENUE DU PRESIDENT

 

Le Président lit le mot de bienvenue suivant :

 

Chers Présidents, Présidents d’honneur, Membres d’honneur, Président sortant et Collègues membres du comité,

Bienvenue à Madrid. Je suis particulièrement satisfait de voir, encore une fois, une réunion des présidents organisée en même temps qu’un congrès. Poursuivant ainsi une longue tradition, je sens que c’est un signe de la revitalisation de la Ligue et de ses affiliés.

Merci à tous ceux d’entre vous qui avez fait l’effort de vous joindre à nous, et surtout, je remercie l’association espagnole et son président M. Gonzalo Fernandez Pontes qui, malgré les difficultés, ont réussi à nous présenter un programme à la fois intéressant et enthousiasmant que nous allons sûrement apprécier durant les jours à venir.

Comme je vous l’ai déjà dit dans la lettre jointe à l’ordre du jour qui vous a été envoyé en juillet, étant donné la durée plus courte de ce congrès, nous aurons moins de temps qu’à l’accoutumée pour nos discussions. Je vous demanderai donc de vous en souvenir afin de pouvoir aborder tous les points qui sont à l’ordre du jour dans les temps. Je vous remercie de votre considération.

 

2. PRESENCES, EXCUSES, PROCURATIONS ET QUORUM, DESIGNATION DES SCRUTATEURS

 

Sont présents :

 

Associations Nationales

 

ANZAAB (Australie), Peter Tinslay

VAO (Autriche), Norbert Donhofer

CLAM (Belgique), Eric Speeckaert

ABAC (Canada), Eric Waschke

ABF (Danmark), Maria Girsel

SLAM (France), Frédéric Castaing

VDA (Allemagne), Ulrich Hobbeling

ALAI (Italie), Umberto Pregliasco

ABAJ (Japon), Mitsuo Nitta

NVvA (Pays-Bas), Ton Kok

NABF (Norvège), Nina Welle

AILA (Espagne), Fernando Gonzalo Pontes

VEBUKU (Suisse), Alain Moirandat (arrives at 8.00 pm)

ABA (UK), Alan Shelley

ABAA (USA) Stuart Bennett

 

Comité & Liste d’honneur

 

Michael Steinbach, Président

Adrian Harrington, Vice Président

Arnoud Gerits, Secrétaire Général

Poul Poulsen, Trésorier

Tom Congalton, Paul Feain, Jean Pierre Fouques, Tsukasa Maeda

Bob Fleck, Président sortant & Président d’honneur

Alain Nicolas, Président d’honneur

Keith Fletcher, Mitsuo Nitta : Membres d’honneur

Nevine Marchiset, Secrétaire exécutive

 

Autre

 

Brigitte Laube, officier de liaison CINOA

Melle Toda, Interprète

 

Sont excusés:

 

Ana Maria Bocayuva de Miranda Jordao (ABLA, Brésil)

Sigbjörn Ryo (SVAF, Suède)

Kay Craddock,  Président d’honneur

Anton Gerits, Président d’honneur

 

Sont représentés:

 

Des procurations ont été reçues de:

 

SVAF (Suède) a donné procuration à Poul Poulsen

ABLA (Brazil) a donné procuration à Norbert Donhofer

 

Le quorum est atteint puisqu’une majorité des membres est présent ou représenté.

 

En accord avec les statuts, les associations suivantes disposent d’une voix: ANZAAB, VAO, CLAM, ABLA, ABAC, ABF, ALAI, ABAJ, NVvA, AILA, SVAF, VEBUKU, NABF

 

Et les associations suivantes disposent de deux voix: SLAM, VDA, ABA, ABAA

 

Le total est de 21 voix. Toute proposition sera adoptée si elle réunit au moins 11 voix en sa faveur.

Alain Nicolas et Keith Fletcher sont nommés scrutateurs.

 

3. IN MEMORIAM

 

La liste des personnes suivantes, décédées depuis la précédente assemblée générale, est lue, une minute de silence est observée en leur mémoire :

 

SLAM (France):

Gilles de Béarn, Librairie Pages d'Histoire, décédé le 16 février 2008

Pierre Berès, décédé le 28 juillet 2008

Jean Touzot, décédé le 29 août 2008

 

VEBUKU/SLACES (Swiss):

Georg Beran

 

ABF (Denmark):

Jan Melskens (Classensgade Antikvariat)

 

ABA (United Kingdom):

Peter Jolliffe (Membre, Ulysses Bookshop)

Alfred Wallis (Kenney’s Bookshops & Art Gallery)

Maureen Kenny (Kenny’s Bookshop & Art Gallery)

Ron Taylor (Directeur de Bertram Rota Ltd.)

Gabby Besley (Retraité, Besleys Books)

Derek Gibbons (Retraité)

Ronald Gooch (Libraire éminent)

Jacques Vellekoop  (E.P.Goldschmidt)

Graham Baird (Sotheby’s)

Heidi M Proctor (C D & H M Proctor t/a Antique Map and Book Shop)

 

ABAA (USA):

Eunice Burstein (Harold M. Burstein)

Jens Christoffersen (Emeritus)

Douglas O’Dell (Chapel Hill Books);

Michael Schon (Old London)

Bea Siegel (Bea and Peter Siegel Books);

Madeline Stern (Rostenberg & Stern);

Sheldon Tarakan (Visible Ink);

Jeffrey Thomas (Jeffrey Thomas Fine & Rare Books)

 

4. APPROBATION DU PROCES-VERBAL DE L’AG DE PARIS, SEPTEMBRE 2007

 

Stuart Bennet (ABAA) et Nina Welle (NABF) n’ont pas eu connaissance de ce procès-verbal et préfèrent s’abstenir.

Pour : 19

Contre : 0

Abstentions : 2

Le procès-verbal est donc approuvé.

 

5. RAPPORT DU PRESIDENT

 

Michael Steinbach lit le rapport suivant :

 

Une année s’est encore écoulée depuis notre dernière réunion à Paris, et je voudrais commencer par remercier les membres du comité, notre président sortant Bob Fleck, notre secrétaire Névine Marchiset, notre webmestre Jelle Samshuijzen et tous ceux d’entre vous qui ont, d’une façon ou d’une autre, contribué à la progression de la Ligue et de ses affiliés.

Nous aborderons les différents points de l’ordre du jour au fur et à mesure, je me contenterai donc maintenant de résumer nos accomplissements de l’année écoulée.

Un de nos objectifs majeurs cette année a été la préparation et l’organisation du congrès. Je crois que nous tous sommes très heureux de sa tenue et de la participation de délégués venus du monde entier. Je remercie encore l’association espagnole et son président, M. Gonzalo Fernandez Pontes pour tout le travail, le temps et les nuits blanches passés à son organisation. Je suis convaincu que tous ceux qui ont fait l’effort de nous rejoindre ici feront l’expérience de l’esprit de la Ligue, et ramèneront chez eux la sensation qu’ensemble, nous avons pu faire face à tous les problèmes qui se posent à notre profession.

L’atelier de travail que nous venons d’avoir, et je dois en remercier le président de l’ABA M. Alan Shelley qui l’a organisé, nous a fourni quelques idées pour améliorer le travail de la Ligue et de son comité, et je peux vous assurer que nous étudierons toutes ces recommandations avec attention.

Un autre accomplissement majeur du comité, comme vous le savez déjà, est l’accord définitif que nous avons signé avec la Fondation Breslauer qui a fait un don substantiel au Prix de Bibliographie ; ce don, rajouté aux dons déjà reçus, rendra le Prix financièrement auto-suffisant. Je voudrais remercier tout particulièrement notre président sortant et président d’honneur, M. Bob Fleck, qui a initié les premiers contacts avec la Fondation et a fait en sorte qu’ils aboutissent à un dénouement heureux. Désormais, avec le nouveau président du Prix, M. Mitsuo Nitta, secondé par le Secrétaire du Prix, M. Arnoud Gerits, le Prix devrait faire un bon en avant.

Lors de la dernière réunion de la CINOA à Paris, notre secrétaire Névine Marchiset a pu assister à une partie de la réunion. Heureusement, nous avons trouvé un membre de l’association suisse, Mme Brigitta Laube de Zürich, qui est également membre de la CINOA. Elle a accepté de représenter la Ligue auprès de la CINOA. Ces liens devraient renforcer notre pouvoir de représentation devant l’Union Européenne ou autres administrations.

Notre base de données de livres volés fonctionne bien, grâce aux efforts de M. Paul Feain, même si elle peut être encore améliorée. Une proposition de l’ABA va dans ce sens, nous en discuterons tout à l’heure, et nous verrons ce que nous pouvons faire pour que notre sécurité soit encore plus efficace.

Nos finances sont, depuis de longues années, confiées aux soins attentifs et capables de notre trésorier, M. Poul Poulsen. A la demande de notre dernière assemblée générale, les comptes du 1er juillet 2007 au 30 juin 2008 ont désormais une nouvelle présentation qui obéit aux normes internationales de comptabilité. Cela a demandé à Poul beaucoup de travail supplémentaire, et nous le remercions sincèrement pour ses efforts.

Vous allez recevoir une nouvelle édition de la Lettre d’Information qui, grâce aux efforts de Messrs. Tom Congalton et Dan Gregory, a pu être réalisée à temps pour le Congrès. Les enquêtes ont montré qu’un grand nombre de nos libraires ne savent pas grand chose du travail de la LILA et des avantages qu’ils peuvent en tirer, la communication entre la LILA et ses affiliés doit donc être améliorée. La Lettre d’Information est un des moyens dont nous disposons pour cela, et j’espère pouvoir compter sur vous pour la distribuer à vos membres qui ne semblent pas tous savoir qu’elle existe. J’espère qu’il sera possible à l’avenir de la publier plus régulièrement. Malheureusement, M. Tom Congalton me dit qu’il ne souhaite plus se charger de sa rédaction. Nous sommes à la recherche d’un volontaire - ou à défaut de quelqu’un que nous pourrons soudoyer... !!!

Notre site internet est en constante amélioration. Des nouvelles langues, comme le Russe ou l’Espagnol, ont été rajoutées et d’autres le seront bientôt. Davantage d’articles et de liens ont été rajoutés au site, et un co-éditeur a été trouvé pour rajouter des nouvelles des continents. Notre but est de rendre notre site le plus attractif possible pour notre public, afin qu’il n’aille pas chercher des informations ailleurs. Bien que le trafic vers notre site soit en constante progression, nous avons quand même besoin d’en augmenter le nombre de participants. Etant donné les dernières nouvelles concernant d’autres sites tels qu’ABE, il devient de plus en plus nécessaire de posséder notre propre moteur de recherche indépendant, et surtout un site internet qui offre une qualité et une garantie qu’aucun autre site ne peut rivaliser. Jetez un oeil aux dix meilleures ventes de l’année, vous constaterez que le site de la LILA a une longueur d’avance sur tous les autres sites. C’est signe que le client nous fait confiance. Je vous prie de faire le nécessaire pour convaincre vos membres de rejoindre la base de données afin qu’elle devienne encore plus attrayante pour les clients. M. Jelle Samshuijzen de Rockingstone a accepté d’organiser un atelier de travail sur les possibilités de l’internet ce mardi matin, le lendemain de notre assemblée générale. J’espère que vous y viendrez nombreux afin que ce rendez-vous se révèle fructueux.

Nous avons également essayé, mais sans succès jusque là, de convaincre l’association argentine de rejoindre la LILA. Plusieurs contacts ont été établis, particulièrement lors de la Foire de Paris avec une libraire argentine,  des courriels et des coups de fils ont été échangés, mais jusque là sans résultat. Nous allons continuer à y travailler.

Notre tentative d’approche des libraires russes a été plus fructueuse.

Grâce à notre affilié Canadien, M. Eric Waschke, qui a voyagé à St Pétersbourg et à Moscou au mois de Juin, et dont vous pouvez lire le rapport détaillé sur notre site internet et dans la Lettre d’Information, nous avons invité quelques représentants russes du monde de la librairie à se joindre à nous ici à Madrid en tant qu’observateurs, et afin d’établir des contacts personnels. Au moment où je rédige ce rapport, je n’ai pas encore reçu de réponse de leur part, mais de toutes les manières, le rapport de M. Waschke est un premier pas en vue d’établir des contacts avec cet important marché émergeant.

Il faut croire que le travail du comité de la Ligue devient plus attrayant qu’autrefois, puisque nous avons reçu cinq candidatures pour deux postes vacants. Vous trouverez les différentes propositions de candidature dans l’ordre du jour. Le vote sera secret, et les bulletins de vote vous seront distribués au moment voulu. Je vous saurai gré d’étudier la constitution d’une équipe qui saura travailler ensemble efficacement.

Pour finir, je voudrais mentionner une offre faite par l’association allemande, VDA

le ‘Auktionspreise Online’ (Book prices online - Résultats des ventes en ligne). Je dois vous dire que non seulement les salles de vente allemandes sont représentées, mais aussi des salles de vente belges, hollandaises, suédoises et suisses ont déjà rejoint le site, et d’autres vont bientôt le faire. Je suis heureux d’avoir pu négocier un tarif spécial auprès de l’association allemande pour les libraires affiliés à la Ligue. Vous en trouverez les détails sur notre site internet ou dans notre Lettre d’information.

La prochaine réunion des présidents aura lieu à Vienne du 6 au 10 octobre, en conjonction avec le congrès annuel des Bibliophles. Le programme prévu a spécialement été préparé pour vous par M. Norbert Donhofer, président de l’association autrichienne, et vous sera distribué.

Bien que nous ne soyons qu’au début de ce qui s’annonce être un magnifique congrès, je voudrais saisir cette occasion pour vous rappeler que notre prochain congrès, en 2010, aura lieu en Italie et sera organisé par l’association italienne qui nous a déjà reçu dans le passé lors de congrès mémorables. J’espère que nous pourrons tous nous y retrouver.

Je vous remercie de votre attention.

 

Le rapport est accueilli par des applaudissements, il est approuvé à l’unanimité.

 

6. RAPPORT DU SECRETAIRE GENERAL

 

Arnoud Gerits lit le rapport suivant :

 

Chers Présidents,

 

Ceci est mon dernier rapport en tant que Secrétaire du Comité. Je remplis ce poste depuis deux ans, ce fut un plaisir de travailler avec mes confrères membres du comité sous la présidence de Michael Steinbach.

Permettez-moi de vous présenter un bref résumé de certaines des tâches que j’ai accomplies ces deux dernières années.

Les réunions se déroulent en fonction d’un ordre du jour : je le rédige, je soumets les projets de résolution après les avoir traduits en français ou en anglais s’il s’agit d’un projet français, j’assemble tous les documents nécessaires pour la réunion et poste le tout aux présidents en obéissant aux dates fixées par nos statuts.

J’ai rédigé les procès-verbaux de toutes les assemblées générales et réunions de comité, les réunions de comité précédant l’assemblée générale, et les ai tous traduits en français.

Suite à ces réunions, il existe toujours une liste de choses à faire, je rédige donc cette liste en assignant aux différentes personnes du comité la responsabilité d’une action donnée en fonction de ce qui a été décidé.

J’ai été en relation avec le notaire qui nous représente à Genève, ai trouvé un comptable suisse pour remplir nos déclarations d’impôt pour couvrir la période où nous avons été inscrits au Registre du Commerce, ai écrit aux autorités fiscales suisses pour nous accorder un délai pour déposer nos comptes, et ai fait les démarches nécessaires auprès du notaire pour obtenir notre radiation du Registre du Commerce afin de ne plus avoir à faire établir nos déclarations fiscales en Suisse ni payer des impôts.

J’ai établi une enquête sur l’utilisations par nos affiliés des différents sites de vente de livres par internet et ai adressé les résultats aux associations nationales.

J’ai voyagé plusieurs fois à Londres pour discuter de la parution du Répertoire de la Ligue avec Publishers UK, organisé la présentation des adresses des libraires afin de rendre le répertoire utile. J’ai fabriqué les différents index qui améliorent l’utilité du répertoire, c’est un travail d’environ 10 jours de travail, avec une moyenne de 10 à 12 heures de travail par jour, et j’ai terminé les index de cette nouvelle édition du répertoire juste à temps pour pouvoir les avoir ici à Madrid, j’ai envoyé les épreuves par pays aux associations nationales et incorporé les changements demandés. J’ai été en communication avec différentes associations au sujet de questions spécifiques pour m’assurer de la justesse des informations. J’ai organisé l’envoi des répertoires à différentes adresses à travers le monde, afin d’en réduire le coût d’acheminement ultérieur sur les diverses foires.

J’ai établi des contacts avec la CINOA et je me suis rendu plusieurs fois à des réunions pour représenter la Ligue, et travailler à l’établissement de liens qui peuvent être utiles à la Ligue.

J’ai représenté la LILA à diverses foires où j’ai animé un petit stand avec un ordinateur, et divers documents promotionnels pour la Ligue.

J’ai répondu à un grand nombre de courriels demandant des informations, en ai renvoyé quelques autres au comité pour discussion et renvoyé la réponse que le comité souhaitait faire.

J’ai traduit divers articles soumis au rédacteur de la Lettre d’information, Tom Congalton.

Bien sûr, j’ai participé à plusieurs discussions au sein du comité, et j’espère avoir pu donner quelques conseils utiles de temps en temps.

Il y a eu d’autres tâches que j’ai remplies durant ces deux années, peut-être pas très importantes, mais qui devaient être accomplies : bloc-notes, prospectus etc. et j’ai souvent contribué (voire davantage) à leur fabrication.

Permettez-moi de vous assurer que la liste n’est pas exhaustive.

Maintenant, vous devez vous demander comment il est possible que cet homme soit également capable de gérer une entreprise ? Combien la semaine compte-t-elle de jours ? Combien d’heures y a-t-il dans une journée ?

La réponse, mes chers Présidents, est que je n’ai rien fait de tout cela. Tout ce travail est désormais accompli par notre secrétaire exécutive, Névine Marchiset, qui est également la femme d’un libraire parisien, et qui est aussi, mutatis mutandis, la femme d’un libraire et mère de famille. Et ah ! je crois aussi qu’elle a un travail...

Il serait impossible à notre époque de trouver un libraire qui trouverait le temps d’être le secrétaire de la Ligue s’il fallait faire tout ce travail, à moins bien sûr que l’argent ne tombe du ciel et qu’il soit fatigué du monde des livres.

Une des sages décisions du comité précédent et de son président a été de nommer et bien sûr de payer une secrétaire. Sans Névine, j’aurais fait faillite ou aurais acquis la réputation d’être le plus paresseux des secrétaires que la Ligue ait jamais eu. Ce comité, les présidents et tous les affiliés doivent se féliciter du fait qu’on a Névine et qu’autant de travail soit accompli.

Un président intelligent va maintenant demander : et qu’a donc fait le secrétaire de la LILA depuis deux ans ? Eh bien, j’ai participé à toutes les discussions du comité, j’ai stocké un grand nombre de répertoires, je suis devenu membre et secrétaire du Prix de Bibliographie LILA-Breslauer, qui induit une certaine quantité de travail telle que la correspondance avec les éditeurs et/ou les auteurs, la correction des épreuves de la partie hollandaise du répertoire, ai correspondu avec divers présidents ou membres individuels concernant certaines questions, ai produit, étiqueté et posté une lettre supplémentaire pour encourager nos affiliés à se rendre au congrès et foire de Madrid (après avoir enlevé ceux qui étaient déjà inscrits), ai travaillé de près avec Bob Fleck concernant le financement du Prix, ai correspondu et parlé avec Felix de Marez-Oyens de la Fondation Breslauer à propos du financement, des ramifications juridiques et les termes de l’accord, produit avec l’aide du comité, un communiqué de presse concernant notre nouveau Prix de Bibliographie, et contacté un certain nombre de magazines et éditeurs (grâce à une excellente liste communiquée par Bob Fleck) pour leur demander de le publier, suis resté en contact avec le président du Prix, M. Mitsuo Nitta, ai déjeuné avec lui samedi passé pour discuter de différents sujets concernant le Prix, j’ai également maintenu des contacts avec la CINOA, ai assisté à leurs réunions à Bruxelles, et ai participé à leur Congrès en Italie pour représenter la Ligue, présenter la LILA, échanger des idées et en général, établir des contacts pour la Ligue. Il y a aussi tout un tas de petites questions peu importantes qui m’arrivent et que je dois régler.

Ce rapport est donc en réalité celui de deux secrétaires : l’exécutive et le général. J’espère que cela vous a donné une idée de tout le travail que nous accomplissons. Vous n’en êtes pas au courant la plupart du temps, mais le travail est quand même accompli.

Sincèrement.

 

Le rapport est accueilli par des applaudissements, il est approuvé à l’unanimité.

 

7. RAPPORT DU RESPONSABLE DE LA SECURITE

 

Paul Feain lit le rapport suivant :

 

Cette année passée, les voleurs et escrocs ont été aussi actifs que jamais, hélas pour moi jusque dans ma librairie. Environ 50 courriels d’alerte ont été envoyés aux affiliés. Quand c’était nécessaire, ils ont été envoyés en français et en anglais. Ma prose étant minimale, les messages bilingues ne sont généralement pas nécessaires.

Généralement, seuls les libraires de langue anglaise utilisent la chaîne d’alerte, je ne sais pas pourquoi. Les affiliés d’autres pays ne m’envoient pas de messages à propos de vols, je saurais gré à leur président de les encourager à le faire.

Les messages peuvent m’être envoyés en n’importe quelle langue, j’organiserai les traductions nécessaires.

Notre base de données de livres volés compte désormais 1360 références.

Encore une fois, je répète que seuls les libraires de langue anglaise utilisent ce service.

Cette base de données de livres volés devrait être considérée par nos affiliés et nos membres comme un plus pour la Ligue.

Ils devraient l’utiliser comme outil promotionnel, en parler aux bibliothécaires et aux collectionneurs.

Je suis en faveur d’en élargir l’utilisation. J’aimerais qu’elle soit aussi bien utilisée par nos affiliés que par des bibliothécaires ou des particuliers.

Depuis six mois, j’ai également été amené à être en relations avec la Fédération internationale d'associations de bibliothécaires et d'institutions (IFLA) ainsi que la nouvelle association internationale des marchands de cartes géographiques (IAMA) afin de discuter de coopérations éventuelles.

 

Le rapport est accueilli par des applaudissements, il est approuvé à l’unanimité.

 

a. Proposition de l’ABA :

 

Base de données des livres volés : Que la LILA nomme un sous-comité chargé de préparer un rapport détaillé en vue d’obtenir des propositions visant à réaliser une base de données de livres volés centralisée, accessible à tous les organismes réputés.

 

La proposition est secondée par Ulrich Hobbeling.

 

Alain Shelley explique le but de cette proposition. Le site de la LILA se doit de devenir le site le plus important - sinon le seul - de recensement des livres volés, et pour ce faire, l’utilisation de la base de données de livres volés ne doit pas être restreinte aux seuls affiliés de la LILA. Une base de données mondiale dédiée aux livres volés peut être une aide précieuse pour le monde de la librairie. Bien sûr, seules des organismes réputés se verraient accorder un accès. Quelqu’un demande si cet accès serait accordé aux collectionneurs ; par directement, ils peuvent néanmoins demander à leur libraire local de télécharger l’information relative dans la base de données. Norbert Donhofer pense qu’il est plus important d’envoyer des messages d’alerte, comme cela se fait déjà sur la messagerie d’alerte. Peut-être les présidents des associations nationales devraient porter l’attention de leurs membres sur les vols qui sont le plus susceptibles de concerner le marché local. Adrian Harrington explique les différences entre la messagerie d’alerte et la base de données : la liste informe d’un vol, alors que la base de données stocke les informations, avec des illustrations éventuelles, et permet des recherches par auteur, titre, etc. Umberto Pregliasco dit que les associations nationales possèdent peut-être déjà des bases de données de livres volés, il serait sans doute utile de les unir dans une seule base centralisée. Michael Steinbach conclut la discussion en déclarant que la proposition semble acceptable, et que le sous-comité responsable aurait à étudier les façons d’unir ces différentes bases.

 

Pour : 21

Contre : 0

Abstention : 0

 

la proposition est adoptée à l’unanimité.

 

8. RAPPORT DU TRÉSORIER

 

Poul Poulsen lit le rapport suivant :

 

Même si l’Etat des comptes a une nouvelle présentation, je tiens à souligner que les comptes sont en Couronnes Danoises, voir les pages 11 à 14. Les sommes en Euros - de la page 1 à 4, et en Dollars de la  page 5 à 8, sont convertis en chiffres ronds, le taux de change utilisé est indiqué au-dessus de chaque colonne. Les sommes de la première colonne concernent cette année, la seconde colonne concernent les sommes de l’an passé, et la troisième colonne contient les sommes votées dans le budget lors de l’Assemblée Générale de Paris en 2007.

L’an passé, les comptes faisaient apparaître un profit, arrondi à 45.000 €, je suis heureux de vous dire que les résultats de cette année font aussi apparaître un profit, d’un peu plus de 20.000 € (près de 32.000 US$). Je ne peux donc que répéter ce que j’ai déjà dit à Paris, c’est à dire que je suis satisfait des résultats, et je peux prétendre, lorsque j’examine le solde bancaire, que la situation financière de la Ligue est saine et solide.

Je vais maintenant commenter certains montants. Commençons par les recettes, les cotisations ont rapporté un peu plus de 42.000 €, un peu moins que le montant estimé dans le budget, mais l’association coréenne n’a pas encore payé sa cotisation 2008, et l’association tchèque a réglé en juillet, après la clôture des comptes. Comme vous le savez, la cotisation 2008 est basée sur 33US$ par affilié. La répartition par pays est indiquée en page 9. J’aimerais en profiter pour rappeler à nos membres que, selon nos statuts, les cotisations doivent être payées dans les soixante jours de la date de facturation. Un trop grand nombre de nos membres semblent avoir oublié cette règle.

La taxe des diverses foires a rapporté près de 69.000 €. Reportez-vous à la page 10 pour avoir la répartition par pays. J’aimerais en profiter pour rappeler ce que je n’arrête de vous répéter depuis 17 ans  - Chers Présidents, veuillez rappeler à vos comité de foire de me transférer la taxe aussitôt que possible, dès que la foire est finie, car selon nos statuts, elle doit être payée dans les 120 jours de la clôture de la foire. Je vous remercie de votre coopération en la matière.

Les intérêts des sommes placées ont rapporté cette année 3.200 €.

 

Et maintenant les Dépenses

 

Les dépenses de ILAB/LILA.com s’élèvent à près de 30.000€ (ou près de 47.000$), et cela inclut : les honoraires annuels de maintenance de la base de données des affiliés (2.000€), la base de données de livres volés (750€), la maintenance du site web (12.500€), la campagne publicitaire Google, la création et traduction d’une partie du site en Espagnol et en Russe, et notre participation dans diverses foires.

Nous avons dépensé près de 9.300 € en frais de voyage des membres du comité pour se rendre aux réunions.

Un des points de dépense les plus lourds est l’administration, où nous avons dépensé 20.300 €. Mais après tout, cela couvre l’allocation annuelle du Président, du Secrétaire Général et du Trésorier, plus les allocations des membres du comité, du président sortant et de notre secrétaire, soit dix personnes au total, correspondant aux journées de réunion de Paris et de Londres. Le reste des dépenses concerne les interprètes, notre notaire en Suisse, la location de pièces lors des réunions, les repas du comité, les honoraires du comptable, ainsi que d’autres petites dépenses.

Notre secrétaire nous a coûté un peu plus de 26.000 €, une somme modeste pour beaucoup de travail.

La Lettre d’information nous a coûté cette année 3.600. Malheureusement, nous avons dû essuyer des pertes de près de 1.300 € sur la valeur de notre portefeuille d’actions et d’obligations.

 

FONDATION POUR LE PRIX DE BIBLIOGRAPHIE

 

Le compte des profits et pertes de la Fondation pour le Prix dégage un profit de 613 €.

Cette année, la Fondation a reçu des dons à hauteur de 839 €, la vente des bibliographies a rapporté 617 € et les intérêts se sont élevés à 866 €.

Du côté des dépenses, la Fondation a dû supporter les dépenses relatives à un communiqué de presse, des frais postaux, de téléphone et de fax, ainsi que des frais bancaires, le tout s’élevant à la somme astronomique de 49 €. L’avocat qui nous a aidé avec le don de la Fondation Breslauer a reçu 1.300 € d’honoraires. Mais la Fondation a dû subir une perte de 348 € sur la valeur de notre portefeuille d’actions et d’obligations.

Mais, le 7 août, nous avons finalement reçu la donation de 108.000 $ de la part de la Fondation Breslauer. Avec ce don, l’avenir du Prix - désormais appelé Prix de Bibliographie LILA - Breslauer, est assuré. L’argent est placé en obligations à 7%.

 

Le rapport est accueilli par des applaudissements.

 

Aucune question n’étant posée, le rapport est soumis au vote, il est adopté à l’unanimité.

 

a. Google

 

L’Assemblée approuve à l’unanimité de reconduire la dépense de 5.000 Euros pour une nouvelle campagne promotionnelle sur Google Adwords.

 

b. Matériel promotionnel

 

Les bloc-notes et crayons, avec le nom et le logo de la LILA, sont montrés, ils seront distribués lors des principales foires. Poul Poulsen montre le sac nylon que l’association danoise a fait fabriquer pour distribution lors des foires : il est d’un côté imprimé avec le nom et le logo de la LILA, avec la phrase « Achetez et vendez vos livres en toute confiance » et de l’autre côté du nom de l’association danoise. Cependant, les sacs nylon seront bientôt interdits par l’UE. Michael Steinbach demande si les présidents sont satisfaits de voir fabriquer de tels objets promotionnels pour les distribuer lors des foires. Un montant de 10.500 euros a été mis au budget de l’année à venir. Eric Waschke suggère qu’une brochure promotionnelle soit imprimée à propos de la LILA, que les affiliés pourraient distribuer à leurs clients. Bien sûr, cela engendrerait un problème linguistique, mais les coûts peuvent être étudiés. Les brochures pourraient également être distribuées lors des foires, leur distribution requiert la bonne volonté des affiliés. Gonzalo Pontes fait remarquer que les objets promotionnels, c’est bien, mais il faut établir des liens serrés avec des magazines spécialisés, comme Appollo, il vaudrait mieux dépenser une forte somme pour obtenir une page de publicité dans un journal ou un magazine important. Cependant, une telle publicité serait fort onéreuse et ne pourrait pas être répétée. Ulrich Hobbeling dit que la LILA doit fournir un cadre de travail aux associations, l’assemblée générale est un lieu où l’on peut partager et faire connaître les initiatives locales. Frédéric Castaing est d’accord pour que la LILA renforce sa visibilité, les initiatives qu’elle prend vont dans le bon sens. Mais ce n’est pas suffisant. Si nous voulons vraiment être connus nous avons besoin de bien plus que ces gadgets promotionnels. C’est très difficile, mais nous devons avoir, nous devons obtenir davantage de couverture publicitaire. En France, le SLAM a obtenu le prestigieux Grand Palais pour son salon, ce fait à lui seul leur obtient de l’attention de la part des media. De plus, le SLAM a engagé à l’année les services d’un attaché de presse, celui-ci est constamment en train de voir comment il peut porter le SLAM, la LILA et les livres à l’attention du public. Il aurait été possible d’obtenir une interview radiophonique du président Michael Steinbach. Les associations nationales et les présidents doivent se pencher sur la question et voir comment ils peuvent obtenir le plus de couverture media possible. Le SLAM a montré que, malgré les difficultés, cela était possible. De plus, la position du président de la LILA doit être utilisée chaque fois que c’est possible, ainsi ici à Madrid, il aurait fallu que ce soit fait autour du Congrès et de la Foire. En réponse à cette remarque, on explique que les collègues espagnols ont effectivement fait le nécessaire : Michael Steinbach va être interrogé à la radio à propos de la LILA, de la foire, et du congrès. Gonzalo Pontes ajoute que l’évènement est très bien couvert par la presse espagnole, mais malheureusement, le jour d’ouverture de la foire, le 11 septembre, coïncide avec une journée de commémoration nationale de l’accident d’avion survenu à Madrid il y a quelques semaines, ce qui implique qu’une grande partie des personnalités prévues à l’ouverture de la foire ne pourront être présentes.

Michael Steinbach conclut en disant que nous sommes tous d’accord, que nous avons besoin d’un budget pour du matériel promotionnel et que le comité travaillera avec les associations sur les diverses solutions.

 

c. Autres dépenses

 

Aucune autre dépense n’est évoquée.

 

d. Proposition de l’ABF : Que l’indemnité journalière des membres du comité soit augmentée

 

La proposition est secondée par Ulrich Hobbeling.

 

Le comité quitte la salle pour laisser la discussion se faire en son absence. La discussion est dirigée par Keith Fletcher et Bob Fleck.

Lorsque les membres du comité sont de retour, la proposition suivante est faite par Stuart Bennett, puis secondée par Ulrich Hobbeling : « Les présidents souhaitent que le comité leur indique d’ici le lendemain matin un niveau estimé raisonnable de la compensation. » Le sentiment général est que le comité devrait être convenablement récompensé pour le travail qu’il fait.

La proposition est adoptée à l’unanimité.

On demande au comité de faire une proposition d’ici au lendemain. La proposition de l’ABF est donc laissée en suspens jusqu’au lendemain.

 

e. Proposition de l’ABF : L’association danoise propose de porter au vote le fait que le site de la LILA soit indexé par le moteur de recherche MareLibri.

 

La proposition est secondée par Umberto Pregliasco.

 

Maria Girsel aimerait savoir pourquoi la proposition ne remporte pas la faveur du comité. Stuart Bennett répond que nous ne devrions pas subventionner la compétition : si notre commerce électronique fonctionne bien, pourquoi devrions-nous dépenser de l’argent au bénéfice de nos concurrents ? Mme Girsel ne pense pas que Mare Libri soit un concurrent. Arnoud Gerits explique alors que Mare Libri n’est pas un méta moteur de recherche, mais une base de données semblable à celle de la Ligue, car si c’était un méta moteur de recherche (comme AddAll ou Vialibri), il n’aurait pas besoin de solliciter notre autorisation ou notre collaboration, il se contenterait de faire des recherches dans notre base de données sans rien nous demander. En téléchargeant notre base de données dans MareLibri, nous ne ferions que diluer notre présence électronique tout en subventionnant un concurrent et en augmentant la charge de travail de Rockingstone. Ni Addall, ou ViaLibri, ni même Google ne nous demandent une autorisation pour effectuer leurs recherches. Peter Tinslay fait remarquer que MareLibri aurait plus à gagner que nous par une telle collaboration. Jean Pierre Fouques ajoute que ce serait à MareLibri de payer la Ligue pour cette faveur, et non le contraire. Maria Girsel explique alors qu’il y a eu  un malentendu de sa part, et qu’elle retire donc la proposition.

Le Comité décide alors de convier M. Malavasi à déjeuner le lendemain, afin de lui expliquer la situation.

 

9. PRIX DE BIBLIOGRAPHIE

 

a. Rapport du Secrétaire, Arnoud Gerits

 

Arnoud Gerits lit le rapport suivant :

 

Chers Présidents,

Tout d’abord, j’aimerais remercier Bob Fleck en notre nom à tous pour les efforts remarquables qu’il a entrepris pour identifier en la Fondation Breslauer un mécène possible pour notre Prix. En étroite collaboration avec Bob Fleck, l’avocat de l’ABAA et le comité de l’ABAA, nous avons finalisé l’accord avec la Fondation et avons reçu de sa part la somme d’argent promise : notre Prix est désormais assuré, l’argent est investi à un taux annuel de 7%.

M. Mitsuo Nitta et moi avons discuté de plusieurs possibilités pour le Prix et sa promotion.

M. Nitta a établi un « Certificat de Mérite » qui, lorsqu’il sera terminé, sera désormais envoyé à chaque auteur et/ou éditeur qui soumet un ouvrage, en tant que signe de reconnaissance et confirmation que l’ouvrage a bien été reçu et participera à la compétition.

Nous établirons la liste des livres reçus à ce jour et les afficherons sur le site du Prix de Bibliographie. Rockingstone nous a dit qu’il était très facile de faire en sorte qu’en cliquant sur le lien « Prix de Bibliographie » une page distincte s’ouvre, cette nouvelle page sera bien sûr en étroite liaison avec le site général de la LILA. Peut-être pouvons-nous non seulement lister les livres mais aussi les montrer ? Le site devrait aussi contenir un historique du Prix (lauréats, secrétaires, etc. etc.), les conditions, etc.

Nous exhiberons tous les livres reçus lors du Congrès de 2010 en Italie, durant lequel le 15e Prix sera également attribué.

Nous inviterons le lauréat, qui sera invité à rejoindre le Congrès en 2010 en Italie, à donner une conférence : pas un simple discours d’acceptation, mais une véritable conférence.

M. Nitta continue de chercher en Asie des livres susceptibles de participer et en a déjà trouvé 5. Il essaie aussi de trouver des mécènes en Asie de manière à lever 50.000$ supplémentaires pour arriver à un capital de 200.000$.

M. Nitta a demandé aux associations d’identifier des mécènes dans leur propre pays pour le Prix : des sociétés, des organisations, des éditeurs, des entreprises : tout un chacun qui travaille de près ou de loin avec la bibliographie peut sans doute contribuer par un don de 500$. M. Nitta a fixé un but : lever 40 dons de 500$ d’ici à la fin de 2009, ce qui fait un total de 20.000$ pour le Prix.

Maintenant que nous avons suffisamment de fonds pour le Prix, une vieille idée a fait surface à nouveau : de produire un bandeau qui serait posé autour du livre ayant remporté le Prix par son éditeur. Autrefois, il fallait que l’éditeur paye cette facture, mais peut-être serait-il possible pour nous d’assumer cette dépense, l’éditeur n’ayant alors qu’à apposer la bande autour des exemplaires imprimés. Ce sera bénéfique à la fois pour l’éditeur, l’auteur, la Ligue et le Prix, puisque cela fera la promotion du Prix et attirera l’attention du public.

Je vous remercie de votre attention.

 

Bob Fleck suggère l’envoi de deux certificats par entrée, le premier à l’auteur et le second à l’éditeur.. Mitsuo Nitta ajoute que le Prix est un facteur important car il montre l’esprit de la Ligue, et c’est pour cette raison que la Fondation Breslauer a accepté de donner une telle somme. Néanmoins, il ajoute qu’il nous faut lever davantage de fonds, il croit que les affiliés peuvent y contribuer, même s’il s’agit de petits montants. Les noms des donateurs peuvent être mentionnés au bas du papier à en tête du Prix.

Keith Fletcher suggère que les règlements de participation au Prix soient disponibles sur les foires, peut-être peuvent-ils être imprimés sur une feuille ou un dépliant ?

 

10. LETTRE D’INFORMATION

 

a. Rapport du rédacteur Tom Congalton

 

Tom Congalton lit le rapport suivant :

 

Nous avons achevé la Lettre d’Information n°60 avec l’aide de Névine Marchiset qui en a effectué la traduction durant ses vacances.

J’en ai apporté dans mes valises quelques exemplaires, j’espère en recevoir davantage dès que l’hôtel aura localisé le paquet.

Le coût d’impression et de distribution de ce numéro s’élève à environ 3.500$.

Les associations nationales vont recevoir les exemplaires à distribuer à leurs membres peu après le Congrès. Cependant, avant qu’ils ne soient distribués, nous contacterons chaque association afin de confirmer l’adresse d’expédition.

De plus, nous pouvons l’envoyer au format PDF ou tout autre format électronique à l’association qui souhaiterait la faire traduire et la produire dans une langue autre que le Français ou l’Anglais, ce que l’association allemande a fait récemment avec un numéro précédent.

Quant à l’avenir, Névine Marchiset a accepté d’être co-éditrice de la Lettre d’Information, je soupçonne que son efficacité fera augmenter la régularité de publication et contribuera à nous obtenir des articles en Français.

Tous les présidents sont encouragés à distribuer la Lettre d’information et à écrire des articles pour publication.

 

Il distribue ensuite quelques exemplaires du numéro 60 de la Lettre d’information.

 

Vu que le temps presse, Michael Steinbach suggère de laisser les points 11, 12 et 13 de l’ordre du jour pour le lendemain, et passe au point 14.

 

14. Congrès futurs et Réunions des présidents

 

a. Réunion des Présidents 2009 à Vienne

 

Michael Steinbach annonce que la prochaine réunion des présidents aura lieu à Vienne, il donne la parole à Norbert Donhofer, qui explique que l’idée lui est venue pour faire coïncider notre réunion avec celle de la réunion annuelle de l’AIB (Association des Bibliophiles) ; il ajoute qu’il a réussi à convaincre le président de l’AIB d’organiser une journée d’excursion conjointe. Il distribue et détaille le programme prévisionnel :

 

Mardi 6 octobre : Arrivée des membres du Comité à Vienne - dîner avec le comité.

Mercredi 7 octobre : Réunion du Comité au Cercle de la Librairie, déjeuner dans un restaurant du quartier ou sur place avec un traiteur. Arrivée des présidents. Le soir, dîner commun avec le comité et les présidents.

Jeudi 8 octobre : Excursion toute la journée avec les membres du Congrès de l’AIB. Départ de Vienne vers 9h00 par bus au Monastère de Göttweig. Visite de la bibliothèque contenant des manuscrits et des incunables de premier plan, ainsi que des oeuvres d’art du monastère. Déjeuner dans la région. Puis, visite au Monastère de Melk où une exposition rassemblant des manuscrits, des incunables et oeuvres d’art sera préparée pour nous. Cocktail à bord d’une croisière de 90mn sur un bateau sur le Danube jusqu’à la cité médiévale de Krems. Ramassage en bus jusqu’au château de Grafenegg qui appartient au Comte Metternich-Sandor. Dîner au Bel-Etage. Retour en bus - 40 mn - à Vienne.

Vendredi 9 octobre : Assemblée générale dans le Cercle de la Librairie. Transport en bus pour un dîner dans un restaurant typiquement viennois «Heurigen», à l’invitation de l’association autrichienne.

Samedi 10 octobre : si l’assemblée a été ajournée, la matinée peut être consacrée à finir la réunion, sinon la matinée sera libre. Samedi après-midi (aux environs de 14h00), une foire de quelques heures organisée par les membres de l’association autrichienne à l’occasion du Congrès de l’AIB, dans la Bibliothèque Nationale d’Autriche. L’AIB a son dîner de gala le soir même, ce qui permettra aux membres du comité ou aux présidents qui en sont membres d’y assister.

Dimanche 11 octobre : Une excursion d’une demi-journée ou d’une journée entière peut être organisée pour ceux qui restent à Vienne et/ou une visite à des bibliothèques et/ou des collections spécifiques (comme le musée des globes). Cette décision peut être prise jusqu’à 4 semaines à l’avance.

 

Névine Marchiset propose que l’envoi de l’ordre du jour de la réunion de Vienne soit retardé de manière à ce que le délai légal ne coïncide pas avec les vacances d’été.

Ulrich Hobbeling, secondé par Mitsuo Nitta, propose que l’ordre du jour soit envoyé au moins 30 jours avant la date de l’assemblée générale, au lieu de 45 jours selon les statuts.

La motion est approuvée à l’unanimité.

 

b. Congrès et Foire 2010 en Italie

 

Umberto Pregliasco explique qu’il pourra de toutes les façons bien organiser le congrès et la foire en Italie en 2010, bien qu'il ait des problèmes à parvenir à une solution amiable avec les organisateurs de la foire concurrente de Milan pour 2009. Deux foires ont été organisées à Milan au printemps 2008, l’une des deux par l’ALAI. L’autre est organisée par un collectionneur privé et elle accueille des libraires non-affiliés à la Ligue. Il a un rendez-vous avec ce collectionneur la semaine qui suit, pour voir s’il peut arriver à un arrangement de manière à ce qu’une seule foire soit organisée. Il a besoin de toute l’aide que la LILA peut lui apporter, peut-être les présidents pourraient-ils encourager leurs membres à ne participer qu’à la foire organisée par l’ALAI ? Peut-être le comité pourrait-il envoyer à l’ALAI une lettre de félicitations pour la foire qu’elle a organisée et l’encourager à continuer ? Bien sûr, la LILA va le faire car elle est fière de promouvoir les foires de la Ligue. Frédéric Castaing demande les dates des foires de Milan (mars et mai), il pense que c’est trop en trop peu de temps. Il comprend que l’ALAI puisse avoir des difficultés avec autant de problèmes de la part d’un concurrent si puissant, mais il supplie l’ALAI de faire de son possible pour avoir une foire réussie en 2009 car sinon il lui serait trop difficile d’organiser une foire en 2010. Umberto ajoute qu’il y avait un risque que la foire de 2008, la première, soit un fiasco, mais elle a rencontré un grand succès avec une excellente couverture de presse, etc. Il dit qu’avant la fin de cette année, il va communiquer au Comité où (si Bologne pour les deux évènements ou le congrès à Mantoue-Verone et la foire à Milan) et quand (Mai ou Septembre) il pourra organiser la foire et le congrès en 2010.

 

c. Proposition de l’ABA : Traduction de documents promotionnels

 

Alan Shelley, secondé par Ulrich Hobbeling, fait la proposition suivante :

 

Afin d’assurer une bonne compréhension et obtenir un résultat optimal, il faut que toutes communications concernant les congrès, foires et autres évènements relatifs à la Ligue soient toujours vérifiés par un autochtone afin de s’assurer que la traduction dans les langues de la LILA est à la fois juste et appropriée.

 

Pour : 21

Contre : 0

Abstention : 0

La proposition est adoptée à l’unanimité.

 

d. Congrès et Foire 2012

 

Alain Moirandat explique que l’invitation du VEBUKU pour l’organisation du congrès et de la foire en Suisse en 2012 tient toujours. Peut-être que le congrès aura-t-il lieu dans les Alpes, et la foire à Genève ou à Zürich.

 

La réunion est ajournée à 21h00.

 

LUNDI 8 OCTOBRE 2008

 

La réunion reprend à 9h10 en présence de Jelle Samshuijzen, webmestre du site de la LILA.

 

11. INTERNET

 

a. Rapport du Webmestre

 

Jelle Samshuijzen distribue le rapport annuel aux présidents en expliquant que cela fait huit ans qu’il est le webmestre de la LILA. Il a effectué son travail avec plaisir et a toujours joui d’une très bonne coopération de la part du comité. Et pourtant, il a décidé de démissionner, principalement parce que chaque association semble vouloir faire cavalier seul alors que le but de la LILA est d’unir les associations nationales pour se renforcer mutuellement. Cette situation est très difficile à supporter. L’ABAA veut suivre son chemin, avec sa propre solution, c’est son droit le plus strict. Cependant, ce choix affecte l’avenir de la base de données de la LILA, il doit donc tirer les conclusions qui s’imposent. Avec moins de participants, la base de données n’a aucun avenir. C’est dommage, car il avait trouvé des idées pour attirer davantage de libraires et ainsi renforcer le site, mais ça ne sert plus à rien. Sa démission prend date à partir du 1er décembre 2009, ce qui laisse amplement le temps de trouver une alternative. Il aimerait, si possible, que nous trouvions quelqu’un pour s’occuper du site avant cette date. Cela dit, sa démission ne veut pas dire qu’il arrêtera de travailler pour le monde de la librairie. Il continuera à collaborer avec quelques associations nationales et des libraires. C’est avec eux qu’il développera des nouvelles idées.

Bob Fleck demande si le moteur de recherche de la LILA est toujours viable. Jelle répond que oui, mais seulement si le nombre de participants continuent d’augmenter.

Bob Fleck lui dit que l’ABAA veut acquérir son propre moteur de recherche puisque les prix ont beaucoup baissé. Jelle répond que les logiciels sont en effet devenus bon marché, mais que la main d’oeuvre coûte cher. Il ajoute que tout un chacun n’arrête pas de réinventer la roue. A quoi ça sert de demander à quelqu’un d’autre de faire un moteur de recherche ? Ne vaudrait-il pas mieux dépenser les fonds disponibles sur la publicité ? Internet a transformé le marché en y mettant beaucoup de transparence, il est désormais très facile aux clients de comparer les prix, ceux-ci constatent souvent que les libraires sur-évaluent leur marchandise, c’est pour cela qu’ils ont du mal à vendre.

Alan Shelley demande à quel moment le comité a eu connaissance de la démission de Jelle, et quelle a été sa réaction. La veille, lui répond Michael Steinbach ; il ajoute que le comité en a été très surpris et n’a pas encore eu le temps d’en discuter avec Jelle. Le comité essaye de trouver une solution, mais il est encore trop tôt pour prendre un décision. Il faut d’abord connaître les intentions de l’ABAA.

Stuart Bennet commence par s’excuser des rumeurs qui circulent. L’ABAA n’a pas encore pris de décision ; la possibilité de faire construire un moteur de recherche séparé a été étudiée. Il mène un combat d’arrière garde contre cette décision, car il pense que c’est une erreur. Toutefois, son comité internet a accepté de retarder sa prise de décision afin de le laisser en parler d’abord aux autres présidents et au comité de la LILA. L’ABAA en es

  • share